Portrait : Comment Michaël est entré dans l'univers de Jules Demers? - Jules Demers

Portrait : Comment Michaël est entré dans l'univers de Jules Demers?

,
In Dans les coulisses, Notre équipe, Portrait
,
Et si on vous présentait les membres de notre super équipe? Ce billet est le premier d’une série sur le clan Demers.
Parce que c’est tellement plus agréable de se faire servir par des gens qu’on connaît. (En prime, vous pourrez les taquiner sur des faits inusités qu’on dévoilera…)
Alors, pour ce premier portrait, on casse la glace avec Michael, aussi connu comme le numéro 2 de Jules. (Des sources secrètes m’informent que Michaël serait passé 1er et Jules serait dorénavant son numéro 2…) 
On pourrait s’éterniser sur ses diplômes de l’ITHQ et de l’École du Show Business, sur ses 10 années d’expérience en gestion hôtelière et sur son profil d’homme d’affaires. Mais on a plutôt envie de vous faire découvrir comment Michaël s’est frayé un chemin dans l’univers de la mode.
C’est en 2011 que Michaël entre dans la grande famille de Jules Demers. Un ami lui avait fait signe que Jules se cherchait de la relève. À ce moment Montréalais d’adoption, Michaël souhaitait retrouver sa Granby chérie. Après avoir servi pendant 10 ans dans le milieu de l’hôtellerie et de la restauration, pourquoi ne pas relever le défi de celui de la mode? Il a donc sauté sur l’occasion.
Une seule saison à servir les clients de Jules Demers a fallu pour que Michaël tombe en amour avec le milieu de la mode… et qu’il devienne un mini Jules!
Avant de mettre les pieds au magasin, Michaël a porté des habits pendant 10 ans pour son travail à Montréal. Difficile à croire, mais cet homme à la personnalité colorée ne jurait que par le noir. C’est sous l’influence de Jules-la-sagesse (comme Michaël se plaît à l’appeler), qu’il a osé faire entrer de la couleur, des motifs et un peu de funky dans sa garde-robe.
Animé par sa nouvelle flamme, Michaël a du mal à s’arrêter une fois que la boutique est fermée. Cours de couture, chasse aux tendances, lectures de revues de mode et de livres sur la gestion occupent une partie de ses temps libres.
Tous ses collègues s’entendent pour dire que Michaël a de l’énergie à revendre. Mais à quoi carbure-t-il? Au café? Au chocolat? Sans hésiter, il évoque sa passion pour son métier, son amour des vêtements élégants, le plaisir de servir ses clients et de jaser avec eux. « Je ne me suis jamais levé une fois de reculons pour aller au boulot. » Qui a dit que les jeunes d’aujourd’hui n’étaient pas travaillants? Pas mal pour ce Michaël-la-jeunesse!
Michaël Langlois, associé Mercerie Jules Demers
Michaël Langlois.

Michaël en bref :
Surnom au magasin : Le chevreuil (parce que je suis toujours aux aguets).
Âge : 30 ans.
Originaire de : Granby.
Taille : Je suis grand dans mon cœur.
Pointure de chaussure : 9
Fait inusité : J’ai un walk-in pour moi seul alors que ma femme a un placard de rien du tout pour ses vêtements.
Zen ou hyperactif : Même pas besoin de poser la question…
Expression fétiche : Je la cherche encore.
Qualité : Exigeant envers moi.
Défaut : Exigeant envers les autres.
Lève-tôt ou couche-tard : Couche-tard. Mais je suis toujours motivé de me lever le matin pour aller au boulot!
Couleur préférée : Bleu (en ce moment).
Chemise noire ou à motif : À motifs!
Nœud papillon ou cravate : Nœud papillon, sans hésiter.
Soulier ou espadrille : Soulier, pour la classe.
Marque fétiche : John Varvatos.
Quel designer aimerais-tu rencontrer : John Varvatos.
Ton rêve : Créer ma propre collection de vêtements.
Dans 10 ans, tu te vois où? À la tête de l’ « empire » Jules Demers!

>>>La semaine dernière on a pu découvrir dans La Voix de l’Est la nouvelle association de Jules et Michaël!